LPP : modernisons le deuxième pilier

Le PLR s’engage pour une réforme juste d’un point de vue intergénérationnel

Les paramètres de la prévoyance professionnelle ne correspondent plus aux réalités démographiques et du monde du travail. Plusieurs milliards de francs sont redistribués chaque année des actifs aux retraités, et l’accès au 2ème pilier reste trop limité en particulier pour les femmes. Le PLR s’engagera, dans le cadre des débats parlementaires, à réduire la redistribution des actifs vers les retraités, à assainir la LPP plutôt qu’augmenter ses prestations, et à améliorer la situation des personnes travaillant à temps partiel et à bas salaires. Concernant la génération transitoire, le PLR se prononcera pour des mesures de compensation ciblées et s’opposera au mécanisme de l’arrosoir et de renforcement de la redistribution proposé par le Conseil fédéral et une partie des partenaires sociaux.

Il faut mettre fin à la redistribution dans le deuxième pilier et adapter la prévoyance professionnelle à l’évolution des conditions-cadres sociales. Le PLR s’engage pour une modernisation du 2ème pilier. Les points suivants sont particulièrement importants :

  • un taux de conversion adapté aux réalités démographiques : avec une diminution de 6,8% à 6%, la redistribution actuelle, qui se fait aux dépens de la population active, sera réduite.
  • le maintien du niveau des rentes et des mesures de compensation ciblées pour la génération transitoire : la majorité de la CSSS-N propose un modèle prévoyant l’indemnisation des assurés directement concernés par la baisse du taux de conversion. Ceux-ci recevront un supplément de rente. Le modèle d’une partie des partenaires sociaux et du Conseil fédéral, qui fonctionne selon le principe de l’arrosoir, est inutilement onéreux et introduirait un système par répartition dans le 2ème pilier, ce à quoi s’oppose fermement le PLR.
  • une meilleure couverture du travail à temps partiel et des bas salaires : en supprimant le montant de coordination et en diminuant le seuil d’entrée dans le 2ème pilier, un capital plus important sera disponible au moment de la retraite. Ceci profitera en particulier aux femmes qui sont aujourd’hui encore plus nombreuses que les hommes à ne pas disposer de rentes du 2ème pilier ou à n’en avoir que de très faibles.
  • une fin de la pénalisation des travailleurs âgés : afin d’y remédier, il est nécessaire d’harmoniser les bonifications de vieillesse pour les assurés actuels. Le PLR veut de plus  instaurer un taux de cotisation unique pour les nouveaux assurés.
  • faciliter l’accès à la propriété : en débutant l’épargne dès l’âge de 20 ans et en offrant la possibilité d’utiliser intégralement les avoirs de la prévoyance professionnelle pour l’acquisition d’une résidence principale (motion 21.4339).
  • un renforcement du 3ème pilier : au moyen d’un relèvement des montants maximaux, afin de renforcer l’incitation à épargner en vue de sa retraite.

De plus, en raison des perspectives démographiques, il est clair qu’un nouvel assainissement sera nécessaire à moyen terme. Ce facteur doit être pris en compte au moment de déterminer les prestations de la génération transitoire dans le cadre de cette réforme. L’initiative sur les rentes déposée par les Jeunes Libéraux-Radicaux Suisse contribuera elle aussi à améliorer la situation dans le 2ème pilier.En effet, l’augmentation de l’âge de la retraite corrige également les problèmes du deuxième pilier. Il est regrettable que le Conseil fédéral n’ait pas saisi l’urgence de la situation et recommande son rejet. Le PLR s’engagera pour corriger le tir au Parlement.

PLR.Les Libéraux-Radicaux. Avancer ensemble.

Philippe Nantermod
Arnaud Bonvin
Floriane Wyss