Recommandations de vote du PLR

La Conférence des présidents de partis a pris position jeudi 3 décembre 2020 sur deux des trois objets qui seront soumis au vote le 7 mars prochain. Elle refuse clairement l’initiative « Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage » par 28 non et une abstention, et soutient unanimement l’accord de libre-échange avec l’Indonésie (ALE). Le 31 octobre dernier, l’Assemblée des délégués avait déjà pris position sur l’e-ID en la soutenant largement par 230 voix, contre 16 et 7 abstentions.

Argumentaires

L’initiative sur laquelle nous nous prononcerons le 7 mars prochain a été lancée par le comité d’Egerkingen, le même comité à l’origine de l’interdiction des minarets en 2009. Bien que le titre du texte ne l’exprime pas clairement, c’est principalement la burqa qui est visée. Pour le PLR, une chose est sûre : l’État n’a pas à légiférer sur un vêtement. Tout un chacun est libre de s’habiller et de vivre sa religion comme il l’entend, pour autant que ses actions n’empiètent pas sur la liberté, la sécurité et l’intégration d’autrui. Aucune réglementation relative à l’habillement ne doit être ancrée dans notre Constitution, c’est d’ailleurs du ressort des cantons de dicter une telle interdiction s’ils le souhaitent. De nombreux cantons ont déjà légiféré en interdisant de se masquer le visage lors de manifestations, et deux interdisent également le port de la burqa dans l’espace public. Quant à l’inquiétude légitime relative à l’incompatibilité des courants fondamentalistes de l’islam avec les valeurs suisses, la législation en vigueur (loi sur les étrangers, loi sur la naturalisation et loi sur la sécurité sociale) y répond déjà. En outre, le Conseil fédéral a élaboré un contre-projet indirect qui prévoit l’obligation de montrer son visage pour des questions d’identification (douane, transports publics…) sans restreindre l’autonomie des cantons.

Plus d'information : https://www.plr.ch/campagnes/initiative-burqa-non

Pour le PLR, le progrès et l’innovation sont les clés de la prospérité de demain. Pour faire de la numérisation une réalité en Suisse, l’e-ID est la condition préalable indispensable à une action sûre et juridiquement contraignante sur Internet. Il est actuellement très difficile de fournir une preuve d’identité en ligne. L’identification électronique résoudrait ce problème. Le PLR soutient donc l’e-ID, qui permettra d’ouvrir un compte bancaire en ligne ou de commander un document officiel. La nouvelle loi fédérale sur les services d’identification électronique constituerait la base juridique pour promouvoir une identification sécurisée dans les transactions commerciales électroniques entre particuliers et avec les autorités publiques. La protection de la personnalité, des droits fondamentaux et des données serait assurée et clairement réglementée par la loi. Seule la Confédération aurait accès aux données et aux registres d’identification des citoyens suisses et pourrait les utiliser en cas de nécessité de vérification lors de l’émission d’une e-ID. La loi est délibérément formulée de manière technologiquement neutre de sorte que plusieurs organisations (privées, cantonales et communales) pourraient émettre des identifiants électroniques. L’utilisation de cette e-ID resterait volontaire. Tous les types de services gouvernementaux seraient toujours disponibles hors ligne. La loi sur l’e-ID est une solution suisse sûre qui favorise à la fois la numérisation et l’innovation en Suisse.

Plus d'information : https://www.plr.ch/campagnes/e-id 

L'entrée en vigueur de l'accord de libre-échange (ALE) avec l’Indonésie ouvrirait à la Suisse la porte de l’un des plus importants marchés au monde. Aujourd'hui, cette porte n’est pas fermée, mais bloquée par des barrières douanières élevées. L'ALE permettrait de faciliter les relations économiques. Grâce à cet accord, la Suisse bénéficierait d’un avantage compétitif sur les États-Unis et les pays européens. Pour de nombreuses entreprises, cet accord de partenariat économique arrive à point nommé vu la situation économique tendue causée par la crise du coronavirus. Il donne un nouvel élan et de nouvelles perspectives importantes pour nous tous. Cet accord de libre-échange comporte des dispositions claires relatives au développement durable que l’Indonésie n’a encore accordées à aucun autre partenaire. L’ALE renforcerait ainsi la durabilité économique, écologique et sociale. Il encourage notamment la production d’huile de palme durable. L’ALE avec l’Indonésie présente un grand potentiel pour l’économie suisse et représenterait un succès historique en termes de durabilité.

Plus d'information : https://www.plr.ch/campagnes/indonesie-oui 


Votations du 13 juin 2021
Initiative populaire «Pour une eau potable propre et une alimentation saine – Pas de subventions pour l’utilisation de pesticides et l’utilisation d’antibiotiques à titre prophylactique»
Initiative populaire «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse»
Loi COVID-19
Loi sur le CO2
Loi sur les mesures policières de lutte contre le terrorisme (MPT)