Une forte augmentation de la TVA est inacceptable

Le PLR demande une réforme de l’AVS réaliste et juste d’un point de vue intergénérationnel

La prévoyance vieillesse est la préoccupation la plus importante des Suissesses et des Suisses. Après le rejet de la Prévoyance vieillesse 2020, en septembre 2017, ils attendent avec impatience qu’un nouveau projet de réforme durable au plan financier et juste d’un point intergénérationnel soit proposé. Aujourd’hui, le président de la Confédération Alain Berset a présenté les grandes lignes de la réforme de l’AVS, qui comprennent notamment d’importantes exigences du plan B de PLR.Les Libéraux-Radicaux. Mais l’augmentation de la TVA proposée est inacceptable. Le président Berset doit présenter un projet réaliste aussi tôt que possible. 
 

news

Le PLR se réjouit que le président de la Confédération Berset ait repris d’importantes demandes que le PLR avait élaborées dans son Plan B, bien qu’il continue de le nier publiquement. L’âge de la retraite pour les femmes doit être flexibilisé et ajusté à celui des hommes. Cette harmonisation doit s’accompagner de mesures judicieuses, afin de rendre la transition la plus acceptable possible sur le plan social. En contrepartie de l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes, le PLR demande qu’une compensation sociale et limitée dans le temps soit accordée aux bas revenus. Sur ce point, le Conseil fédéral doit rapidement faire des propositions concrètes. Les petits revenus continueront d’être exonérés de cotisation AVS, en guise d’encouragement à la poursuite d’une activité professionnelle au-delà de l’âge de la retraite. 

Une forte augmentation de la TVA est inacceptable

Le Conseil fédéral prévoit une augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée jusqu’à 1.7%. Contrairement à la prévoyance 2020, le nouvel horizon de financement, 2033, est bien plus lointain. De plus, d’autres moyens financiers étaient proposés dans l’ancien paquet. La proposition du président Berset, comme à l’époque dans le cadre de la Prévoyance vieillesse 2020, est irréfléchie puisqu’elle pèse principalement sur la jeune génération. Si le PLR ne s’était pas si fermement engagé au Parlement pour que l’augmentation de la TVA soit plus basse, les coûts de ce projet auraient explosé. Le Conseil fédéral tente à nouveau sa chance, avec les mêmes moyens. Le PLR a clairement l’impression que le président de la Confédération n’a pas encore fait le deuil de la votation perdue en septembre 2017. Il occulte ainsi le fait que le trou financier aurait été gravement et durablement approfondi avec son projet de l’époque. Les évolutions démographiques ne sont pas subitement apparues en septembre dernier, mais sont bien connues depuis de nombreuses années. Afin d’assurer le financement du 1er pilier, le PLR est certes prêt à faire des compromis, mais une augmentation aussi massive de la taxe sur la valeur ajoutée est inacceptable. Une réforme orientée uniquement sur les recettes n’a aucune chance. Le Conseil fédéral, sous la direction du président de la Confédération Berset, doit prendre au sérieux les inquiétudes des Suissesses et des Suisses et considérer quelles solutions pourraient rencontrer une majorité au Parlement.  

Le 2ème pilier a aussi besoin d’un coup de jeune 

Il est hors de question que les travaux dans le deuxième pilier prennent du retard. Concernant la prévoyance professionnelle, le Conseil fédéral doit présenter des objectifs concrets afin de stopper la redistribution injuste entre jeunes et seniors. Il ne suffit pas de faire uniquement référence aux partenaires sociaux.


Liberté, Cohésion et Innovation – par amour de la Suisse.