Une bonne base pour réformer le 2ème pilier

Des questions demeurent sur le supplément de rente 

Il n’y a pas uniquement le premier, mais également le deuxième pilier qui doit fait l’objet d’une réforme si nous voulons redonner confiance en notre système de prévoyance vieillesse. Le Conseil fédéral avait demandé aux partenaires sociaux de présenter une proposition de réforme commune pour la prévoyance professionnelle – démarche que le PLR avait expressément saluée. Les partenaires sociaux ont présenté, aujourd’hui, le résultat de leurs négociations. Ils ne sont malheureusement pas unanimes. Les grandes lignes de la variante majoritaire (syndicats et Union patronale suisse) correspondent au plan B proposé par le PLR suite au rejet de la PV2020. Nous saluons ainsi plusieurs des mesures proposées, mais restons critiques vis-à-vis du supplément de rente. D’autres mécanismes de compensation, qui ne conduisent ni à une augmentation des prestations, ni à l’introduction d’une composante de répartition, doivent être étudiés.

Les grandes lignes du projet de réforme du deuxième pilier présenté, aujourd’hui, par l’Union patronale suisse et les syndicats correspondent au plan B proposé par le PLR suite au rejet de la PV2020. Nous sommes favorables à plusieurs des mesures retenues. La baisse à 6% du taux de conversion tient compte des réalités démographiques et atténue la redistribution injuste des jeunes aux seniors. Les nouvelles bonifications vieillesse proposées correspondent largement au modèle du PLR, rejeté par une majorité de centre-gauche dans le cadre des débats parlementaires sur la réforme de PV2020. Grâce à la diminution des charges salariales,  les employés les plus âgés ne seront plus défavorisés sur le marché du travail. Pour les plus jeunes générations, le relèvement des bonifications vieillesse et l’abaissement de la déduction de coordination compenseront la diminution du taux de conversion. L’abaissement de la déduction de coordination est aussi une étape importante pour que les personnes travaillant à temps partiel ou celles disposant de bas revenus puissent profiter d’une meilleure prévoyance vieillesse. Des mesures de compensation supplémentaires sont nécessaires pour tous ceux qui prendront leur retraite au cours des années suivant directement l’entrée en vigueur de la réforme.

Un supplément de rente qui soulève des questions
Le PLR est critique vis-à-vis de la compensation proposée par la majorité des partenaires sociaux. L’introduction de composantes de répartition dans la LPP est problématique – précisément parce que les coûts de compensation pèsent principalement sur les jeunes générations. Le capital du deuxième pilier se compose d’économies personnelles et ne doit pas se substituer au rôle redistributif de l’AVS. Pour ces raisons, d’autres mécanismes de compensation doivent être étudiés. 

PLR.Les Libéraux-Radicaux. Avancer ensemble.