Place financière : Ne plions pas sous le chantage !


Place financière : Ne plions pas sous le chantage !
L’UDC ne prend pas ses responsabilités et s’allie avec le PS

Le PLR regrette que le Conseil fédéral ait accepté aujourd’hui la proposition mal ficelée concernant l’imposition des bonus. Le gouvernement a ainsi cédé aux désirs de la Conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey, communiqués par voie médiatique, et au chantage des socialistes. Il est clair que le gouvernement veut à tout prix que cet accord soit accepté par le Parlement. Le PLR partage le même objectif car de nombreux emplois sont en jeu. Mais cela ne doit pas être réalisé à n’importe quel prix. Le PLR.Les Libéraux-Radicaux ne cédera pas au chantage et n’acceptera pas de mauvaises solutions en réponse à la problématique des bonus simplement pour obtenir le consentement du PS sur l’accord UBS – USA. Les décisions hâtives ne valent rien. Les Libéraux-Radicaux refusent de faire partie de ce théâtre politique. Des solutions raisonnables sont nécessaires pour prévenir, à l’avenir, les excès en matière de rémunérations et de bonus. Une nouvelle fois, l’UDC ne prend pas ses responsabilités et joue un jeu dangereux en formant une alliance contre nature avec la gauche.


A la fin du mois d’avril, le PLR a approuvé certaines mesures du Conseil fédéral. A partir d'une certaine somme, les bonus versés aux managers correspondent à une participation au bénéfice de l'entreprise. Un traitement fiscal cohérent doit être étudié. Mais les mesures que le gouvernement a commencé à planifier sous la pression de la gauche sont inacceptables : elles sont faciles à contourner, violent le principe d’égalité de traitement entre les branches et obligent les autorités à faire une distinction arbitraire entre les parts variables et les parts fixes du salaire. Le Conseil fédéral doit revoir sa copie. Ni l’agitation ni la précipitation ne sont bonnes conseillères.

La conseillère nationale et vice-présidente du Groupe PLR, Martine Brunschwig Graf déclare : « Le PLR n’entend pas céder au chantage de la gauche. Il soutient l’accord UBS mais n’est pas prêt à accepter n’importe quelle concession pour autant. Le PLR dénonce par ailleurs le jeu trouble de l’UDC qui préfère s’allier avec la gauche et l’encouragé dans sa surenchère. »

Contacts:
Martine Brunschwig Graf, Vice-présidente du Groupe PLR, 079 507 38 00
Gabi Huber, Présidente du Groupe PLR, 076 331 86 88
Philipp Müller, conseiller national, 079 330 20 79
Noé Blancpain, chef de la communication, 078 748 61 63