Le PLR présente sa « Stratégie pour la Chine »

Des recommandations claires à l’attention de la Confédération et des cantons

La Chine est le troisième partenaire commercial de notre pays, après l’UE et les États-Unis. Avec son système autoritaire, la Chine représente toutefois un défi majeur pour les démocraties libres de l’Occident. En raison de ce champ de tension et de l’importance politique croissante de cette nation, le PLR.Les Libéraux-Radicaux présente son papier stratégique, en amont de la discussion parlementaire au sein des commissions de politique extérieure (CPE). Les recommandations englobées dans ce papier suivent la devise « une ouverture pragmatique avec des limites claires ».

Nos valeurs libérales sont notre force. La coopération, l'échange et le dialogue sont plus fructueux que l'isolement et la répression. Contrairement aux recettes de la gauche, la politique libérale à l’égard de la Chine ne consiste pas à sanctionner ou à isoler, mais à façonner, de manière productive, la coopération sous la devise « assurance, indépendance, concurrence, coopération et – là où c’est nécessaire – délimitation ». Tels sont les fondements que le PLR défend, dans la perspective des discussions parlementaires au sein de la CPE-E et de la CPE-N sur la nouvelle stratégie du Conseil fédéral à l'égard de la Chine.  Ces recommandations sont destinées à servir en quelque sorte de boussole pour les relations futures avec la République populaire de Chine.

L'objectif de la « Stratégie pour la Chine » du PLR est que la Suisse reste ferme sur ses principes tels que la démocratie, l'État de droit, les droits de l'homme et l'économie de marché vis-à-vis de la Chine. Lorsque les actions chinoises sont clairement en contradiction avec les valeurs libérales et les droits de l'homme, ou lorsque les intérêts suisses pourraient être lésés, nous voulons défendre avec conviction nos principes et intérêts libéraux fondamentaux.

La Suisse est un leader dans les domaines de la recherche/innovation et peut également assumer une position forte vis-à-vis de la Chine. Elle cherche à coopérer avec la Chine en particulier dans les domaines où elle est forte et où les deux parties en tirent profit, comme la protection du climat ou la gestion de l'eau.

Le rôle de la Suisse vis-à-vis de la Chine

Comment la Suisse peut-elle se positionner vis-à-vis d'une puissance mondiale comme la Chine ? Le monde se dirige vers un ordre multipolaire avec deux pôles de puissance que sont la Chine et les États-Unis, et l'Europe comme troisième pôle. L'échange avec l'Empire du Milieu offre des opportunités et des risques, selon le domaine de coopération. Il n’est ici donc pas question d’une seule et unique stratégie pour la Chine, mais d’un savant mélange, adaptable et réaliste, de stratégies et de lignes directrices pour agir dans divers domaines de la politique et de la coopération. Celles-ci peuvent aller de la coopération à la délimitation.

Selon le domaine, les acteurs suisses doivent toujours peser et définir le type de coopération (ou de non-coopération), en tenant compte de leurs propres valeurs, opportunités et risques. L'accent mis sur la Chine ne doit pas occulter l’attention portée à d'autres partenaires importants et émergents en Extrême-Orient et dans le monde entier.

Le PLR est convaincu que les mesures proposées rendront possible une bonne coopération avec la Chine. Une meilleure coordination des activités en Chine des différents acteurs suisses devrait permettre de développer des stratégies rigoureuses et l’échange de connaissances.

Papier de position « Stratégie pour la Chine »

PLR.Les Libéraux-Radicaux. Avancer ensemble.

Laurent Wehrli
Arnaud Bonvin
Floriane Wyss