Aucune raison de relâcher la pression

Une hausse modérée des primes pour 2020

Le Département fédéral de l’Intérieur (DFI) a communiqué aujourd’hui la hausse moyenne des primes pour 2020. Les 0.2% prévus sont bien inférieurs à la moyenne des dernières années, mais il s’agit d’un répit provisoire. Au vu de l’évolution démographique et des nouvelles technologies et thérapies, certes très efficaces mais onéreuses, une chose est certaine : les coûts de la santé ne diminueront pas à l’avenir. Il est par conséquent fondamental de réformer rapidement le système. Il n’existe pas de solution miracle. Tous les acteurs doivent prendre leur responsabilité. La première mesure repose sur le financement uniforme des secteurs ambulatoire et stationnaire. Traitée ce jeudi au Conseil national, elle permettrait d’économiser jusqu’à un milliard de francs par an. Pour des motifs idéologiques, le PS s’oppose à cette réforme et va ainsi à l’encontre des intérêts des assurés.

news

Le DFI a annoncé, ce jour, une hausse modérée des primes pour 2020. Il n’est toutefois pas l’heure de crier victoire, tant il est impossible de prédire si cette évolution positive sera durable ou non. Des mesures et une réforme du système sont indispensables afin de freiner la croissance des coûts et de stabiliser les primes. Une première réforme est déjà au programme du Conseil national ce jeudi, le financement uniforme des secteurs ambulatoire et stationnaire, qui permettrait de générer des économies de près d’un milliard de francs par an en favorisant le transfert du stationnaire, plus coûteux, à l’ambulatoire. Pour d’obscurs motifs idéologiques, le PS s’y oppose, précipitant ainsi le système de santé droit dans le mur, avec un envol des primes. L’objectif poursuivi étant l’étatisation complète du secteur de la santé, peu importe si cela doit se faire au détriment des payeurs de primes. Ce refus est irresponsable, tout comme l’initiative populaire dite des 10% qui ne ferait que reporter la hausse des coûts de la santé sur la collectivité.

Plus de transparence pour un véritable libre choix
Dans son papier de position « Nouvel élan pour le système de santé suisse », le PLR présente d’autres mesures qui permettraient de freiner durablement la hausse des coûts. Une chose est claire: tous les acteurs doivent prendre leurs responsabilités. Plus de transparence concernant la qualité des prestations est nécessaire, afin que les assurés puissent exercer leur choix librement, en toute connaissance de cause. Pour ce faire, des indicateurs de qualité et d’efficience des fournisseurs de prestations doivent être mis à disposition des assurés. D’autre part, le rôle des cantons doit être recentré sur sa fonction initiale, à savoir la définition, l’attribution et la vérification de la mise en œuvre des mandats de prestations. Les mauvaises incitations actuelles doivent être éliminées. La course à l’équipement dans le domaine stationnaire doit cesser. Enfin, les tarifs doivent être régulièrement adaptés, afin d’éviter que des prestations, devenues avec le temps bon marché, continuent à être facturées à des prix artificiellement élevés.


PLR.Les Libéraux-Radicaux. Avancer ensemble.