Générations futures : prévoyance vieillesse

Notre système à trois piliers est unique au niveau international et nous pouvons en être fiers.

Ce système fait toutefois face à des défis majeurs en raison de l’évolution démographique. C’est la raison pour laquelle la prévoyance vieillesse est l’une des principales préoccupations des habitants de notre pays. Il incombe à notre génération de sauvegarder et de développer notre système de retraite afin que nos enfants et petits-enfants puissent continuer à bénéficier des mêmes prestations que les générations actuelles.

Objectifs

› Mettre en place un système de retraite flexible : les systèmes rigides appartiennent désormais au passé.

Faire du financement durable une priorité : la politique d’investissement dans la prévoyance vieillesse doit aussi tenir compte des aspects de durabilité écologique.

› Éliminer par étape les subventions croisées des actifs vers les retraités dans la prévoyance professionnelle. Pour les jeunes, cela devrait se faire dès leur entrée sur le marché du travail.

› Équilibrer : le travail ne doit pas être renchéri de manière excessive. Les mesures prises doivent être équilibrées entre cotisations salariales d’un côté et prestations de l’autre. La durabilité de notre protection sociale exige également, et principalement, un développement économique durable.

Propositions à moyen terme

› Âge de la retraite : augmentation de l'âge de la retraite à 66 ans et adaptation par étape à l’espérance de vie. Il s’agit de tenir compte des différentes réalités selon les métiers, dans les 1er et 2e piliers.

› LPP : s’inspirer du modèle liechtensteinois, qui ne prévoit pas de taux de conversion ou d’intérêt minimaux pouvant être influencés politiquement, mais charge les caisses de pension de garantir un niveau de prestations. Les responsables politiques fixent l’objectif et les partenaires sociaux sont responsables de sa mise en œuvre.

› Caisse de pension : libre choix, avec l’implication de l’employeur. L’assuré peut avoir son mot à dire de manière renforcée dans la politique de placement, à savoir pas uniquement via le Conseil de fondation de sa caisse de pension, mais aussi en tant qu’individu. Puisqu’il est contraint d’épargner, l’assuré devrait aussi pouvoir participer aux processus de décisions.

› Déduction de coordination : suppression de la déduction de coordination dans la prévoyance professionnelle afin d’améliorer la couverture des travailleurs à temps partiel, en particulier des femmes.

› Taux de cotisation : unique pour toutes les générations, afin de ne pas compromettre les chances des travailleurs âgés sur le marché du travail. Harmonisation des conditions d’accès à la LPP et à l’AVS.

› Redistribution : aucun nouvel instrument de redistribution ne doit être créé au détriment des jeunes.

› Nouvelles approches pour le 3e pilier : l’accent ne doit pas être mis uniquement sur les avantages fiscaux.

Proposition à long terme

› Système de retraite : introduction d'un système de retraite indépendant de l'état civil, en réponse aux préoccupations des femmes en matière de couverture et suivant l’évolution de la société. Le système de retraite doit être orienté vers l’égalité des sexes et l’égalité des différents modes de vie.