Pas de protection pour les criminels et les violeurs

Mettre les technologies du 21ème siècle à disposition des autorités pénales

Il en va de l’intérêt public, que la police puisse interpeller le plus rapidement possible les auteurs de crimes. Aujourd’hui en Suisse, la loi ne met pas tous les moyens nécessaires à disposition pour cela. Notamment dans l’utilisation d’échantillons ADN, qui permettrait de créer un profil de l’auteur, basé sur les caractéristiques physiques telles que la couleur des yeux, de la peau ou encore des cheveux. La loi en vigueur en Suisse à ce sujet est très restrictive. C’est pour cela que la motion Pas de protection pour les criminels et les violeurs, le conseiller national lucernois Albert Vitali exige que la loi sur l’ADN soit adaptée aux possibilités technologiques actuelles. Regardez l’explication à ce sujet en vidéo.