La Suisse veut avancer ensemble. Elle l’a prouvé une fois de plus aujourd’hui, en disant deux fois Oui à une place économique forte et sûre. Grâce à la modification de la loi sur les armes, la Suisse pourra continuer de profiter de la coopération internationale en matière de sécurité, sans pour autant compromettre sa tradition du tir. De plus, les nouveaux régimes fiscaux lui permettront de rester une place économique, fiscale et de recherche de premier plan à l’échelle internationale. 

news

Le PLR s’est largement engagé pour le projet AVS et fiscalité et est, dès lors, ravi que la Suisse ait exprimé sa volonté de rester un leader en termes d’innovation et d’attractivité. Les cantons vont désormais recevoir une boîte à outils flexible, qui leur permet de recourir de leur propre gré à diverses mesures acceptées sur le plan international. Leur mission sera de sélectionner les outils qui leur permettront d’affronter les défis futurs. Il est particulièrement essentiel qu’ils élaborent de solides réformes, présentant un taux d’imposition équilibré et des instruments supplémentaires adéquats. À l’échelle nationale aussi, le PLR poursuivra son engagement en faveur de l’attractivité de la place économique. La réforme de l’impôt anticipé constitue une étape essentielle en vue de renforcer la place économique et les emplois. 

De réelles réformes de la prévoyance vieillesse 

Pour le PLR, le projet AVS et fiscalité est un premier pas vers des réformes en profondeur de la prévoyance vieillesse. Notre parti a toujours considéré le financement de l’AVS comme une compensation sociale et souligné qu’une réelle réforme de la prévoyance vieillesse reste nécessaire. Il est temps que cette dernière soit adaptée aux réalités démographiques. Pour ce faire, des réformes structurelles sont indispensables dans le 1er pilier. Par ailleurs, la redistribution injuste et anti-systémique des actifs aux retraités dans le 2ème pilier doit cesser. Les paramètres de la LPP devront pour se faire être actualisés. Enfin, le potentiel du 3ème pilier, la prévoyance privée et responsable, doit être pleinement exploité.

Dire OUI à la modification de la loi sur les armes, c’est dire OUI à Schengen

En disant Oui à la modification de la loi sur les armes, la population a confirmé, une fois de plus, son soutien à la pérennité de la coopération transfrontalière au sein de l’espace Schengen. Elle a ainsi envoyé un signal fort en faveur de notre sécurité, de notre liberté de voyager, ainsi que de notre place économique. En dépit des craintes des référendaires, ce soutien s’étend également à notre tradition du tir, chère au PLR. La population reconnaît que la négociation menée par le Conseil fédéral est juste, étant donné qu’elle a permis de conserver cette tradition au travers d’une mise en œuvre spécifique et pragmatique, grâce à laquelle, la pratique du tir n’est pas compromise. Le PLR demande au Conseil fédéral d’édicter l’ordonnance en conséquence. Par ailleurs, le PLR continuera de s’engager contre les attaques du PS visant la loi sur les armes. Ce Oui n’est en aucun cas un laissez-passer pour de nouvelles interdictions, auxquelles le peuple s’est par ailleurs opposé en 2011. 

La population soutient la coopération internationale


Après ce dimanche de votation, le PLR peut ajouter deux succès supplémentaires à cette législature. Des 33 votations soumises au peuple au cours de ces quatre dernières années, le PLR en a remporté 31, faisant de lui le parti dont la politique se rapproche le plus de la population. L’engagement du PLR en faveur des relations extérieures de la Suisse s’en trouve ainsi renforcé. Bien qu’elle nous ait rendu autonomes et prospères, la coopération transfrontalière fait face à de nombreuses critiques. Pour cette raison, le résultat clair obtenu aujourd’hui est d’autant plus important : une nouvelle tentative d’isolement a ainsi pu être repoussée, ce qui constitue un signal fort à l’attention des groupements qui soutiennent l’initiative de résiliation. Cette dernière est une atteinte directe à la libre circulation des personnes, ayant pour but de saboter les bilatérales qui ont pourtant été soutenues maintes fois par la population ces dernières années. Une telle manœuvre est purement anti-démocratique, dangereuse et irréfléchie. 

Sont à votre disposition pour toute question :

•    Petra Gössi, conseillère nationale SZ et présidente du parti, +41 79 347 88 71
•    Ruedi Noser, conseiller aux États ZH, +41 79 500 70 44 (RFFA)
•    Daniela Schneeberger, conseillère nationale BL, +41 79 233 84 80 (RFFA)
•    Christa Markwalder, conseillère nationale BE, +41 79 222 52 80 (Schengen)
•    Corina Eichenberger, conseillère nationale AG, +41 79 330 40 49 (Schengen)
•    Olivier Français, conseiller aux États VD, +41 79 332 00 01 (Schengen)
•    Olivier Feller, conseiller national VD, +41 79 658 31 92 (RFFA)
•    Marcel Schuler, responsable campagnes, +41 79 589 22 22
•    Floriane Wyss, collaboratrice campagnes pour la Suisse latine, +41 77 426 85 35