Des soupçons justifient-ils un déballage médiatique ? Le PLR Vaud ne reste pas les bras croisés face aux accusations infondées et répétées d’un quotidien à l’encontre du parti et de ses élus

Le PLR Vaud est attaché à la liberté d’expression et d’information. Le travail d’investigation des médias est nécessaire et essentiel pour la démocratie. C’est dans ce cadre-là que les récents articles de presse sur les situations fiscales du conseiller d’État Pascal Broulis et de la conseillère nationale Isabelle Moret inquiètent le PLR, puisqu’ils visent davantage à nuire qu’à informer via des faits concrets.

Tout au plus, ils contiennent des insinuations malveillantes et visent à répandre des rumeurs. Tout engagement public implique nécessairement une pression particulière sur la vie privée, mais des soupçons ne justifient pas un déballage médiatique qui affecte la famille. Le parti ne reste pas les bras croisés face à ces accusations à répétition.

news

Les articles auxquels il est fait référence ici portent clairement atteinte tant à la qualité de l’information donnée aux citoyennes et citoyens qu’aux personnes directement visées et à leur entourage. Les insinuations malveillantes qu’ils contiennent nuisent aussi à la crédibilité de nos institutions. Aucune nuance journalistique n’est apportée, biaisant ainsi l’interprétation des lecteurs et renforçant surtout l’impression d’un apriori du journal.


Il y a peu, c’était le conseiller aux États PLR Olivier Français qui était soupçonné par le même journaliste, puis le conseiller d’État Pascal Broulis et aujourd’hui la conseillère nationale Isabelle Moret. Pour le PLR Vaud, ces articles du grand quotidien suisse alémanique s’apparentent à une cabale sans nuance à son encontre. Les propos publiés ont ensuite été repris servilement par d’autres quotidiens romands. Ces articles portent atteinte au parti et à la réputation de ses élus.

 

Le parti cantonal ne compte pas rester sans rien faire face à ces accusations infondées. Il étudie les mesures qui doivent être prises, comme la saisie du Conseil suisse de la presse, afin de mettre un terme à ce dénigrement répété et à l’atteinte illicite portée à la personnalité d’élus et de leur entourage.

Contacts :
Frédéric Borloz, président du PLR Vaud, 079 204 43 30
Florence Gross, vice-présidente du PLR Vaud, 079 709 85 68
Mathieu Blanc, vice-président du PLR Vaud, 079 488 53 41
Grégory Devaud, chef du groupe PLR au Grand Conseil, 079 641 64 37
Laurine Jobin, secrétaire générale du PLR Vaud, 079 936 71 65