Politique européenne : Le temps des suppositions est révolu

Le PLR va désormais procéder à un examen détaillé du résultat des négociations

PLR.Les Libéraux-Radicaux est ravi qu’après cinq ans de spéculations et beaucoup d’incertitudes, un texte concret pour un possible accord-cadre soit enfin sur la table et fasse l’objet d’une vaste consultation. La décision prise aujourd’hui concernant les suites de la procédure en matière de politique européenne ouvre la voie au Conseil fédéral pour une large discussion de fond concernant l’avenir de la voie bilatérale. C’est un grand succès pour le conseiller fédéral Ignazio Cassis de présenter enfin un premier document concret. Nous nous trouvons désormais à un moment décisif dans la politique européenne : le moment est venu pour tous les acteurs d’abandonner les débats stériles et de discuter sérieusement des avantages et des inconvénients d’un accord-cadre, à l’issue des négociations. Le PLR va maintenant procéder à un examen approfondi des détails. Cela prendra du temps – mais le contraire ne serait pas crédible !

Au cours des prochaines semaines, le PLR va procéder à un examen approfondi du résultat des négociations qui est depuis aujourd’hui sur la table. Les exigences adoptées en juin à Airolo (notre papier de position « Grands axes d’une politique européenne forte ») serviront de lignes directrices pour notre analyse. Notre objectif était – et est toujours – d’obtenir le plus grand accès possible au marché intérieur européen, tout en maintenant la perte de souveraineté la plus minime possible. En ce sens, nous allons peser les intérêts en politique économique et en termes de souveraineté et y adapterons le résultat des négociations. Si nos exigences sont respectées, le PLR se montrera favorable à un accord-cadre institutionnel. S’il s’avère toutefois qu’en termes de souveraineté le prix est trop cher payé, nous nous opposerons à l’accord-cadre.

Avant d’en tirer des conclusions hâtives, nous demandons désormais à tous les acteurs de peser les avantages et inconvénients de cet accord-cadre. Effectuer une appréciation aujourd’hui serait bien la preuve que la mission du Conseil fédéral n’est pas prise au sérieux et traduirait un manque de crédibilité. Il convient de garder toujours à l’esprit le bien-être général de la Suisse et non de se laisser guider par des intérêts particuliers. L’accord-cadre ne porte pas sur les avantages de groupes isolés, il s’agit ici de réguler le cadre juridique entre la Suisse et l’Union européenne. Ce faisant, il faut assurer à notre Suisse des conditions-cadre durables, la sécurité de l’emploi et en fin de compte de la prospérité.

Une procédure de consultation pour un large soutien
Le conseiller fédéral Cassis mérite nos remerciements pour son engagement et sa volonté de mener les difficiles débats à une première étape intermédiaire. Nous saluons le fait qu’il ait clairement abordé les incertitudes en politique intérieure. Avec la procédure choisie, le Conseil fédéral rend transparent le résultat des négociations et permet un large débat. Au vu du caractère explosif des affaires en politique intérieure, la direction prise est la bonne. En fin de compte, la politique extérieure est toujours aussi de la politique intérieure.

 

PLR.Les Libéraux-Radicaux. Avancer ensemble.