Blog

Ecrit par Laurent Favre, conseiller national NE

Le 19 juin, le canton de Neuchâtel a adopté à une large majorité une réforme fiscale avant-gardiste, pragmatique et équilibrée. Loin de transformer Neuchâtel en paradis fiscal, elle le place en position très favorable pour conserver ses entreprises et leur centre de décision, respectivement les faire s'installer.

Lire la suite

Interview de Gabi Huber, présidente du Groupe, à l’occasion de la conférence de presse du PLR du 24 mai sur le financement du parti

Lire la suite

Interview de Fulvio Pelli dans Le Temps du samedi 23 avril 2011

Fulvio Pelli réagit aux propos d’Urs Schwaller : le PLR ne perdra pas son âme dans des alliances tactiques. « Je ne mange pas de ce pain-là », dit-il. Pour le président du parti, « le PLR est à la droite du centre et personne n’est obligé de discuter avec nous. »

Lire la suite

Ecrit par Ignazio Cassis, conseiller national TS

Ironie du sort! Le jour même où j’ai été élu comme représentant de la FMH à la vice-présidence de l’Union suisse des professions libérales (USPL), la société fraîchement fondée «Médecins de familles Suisse» lançait l’initiative populaire «Oui à la médecine de famille». Cette initiative entend introduire le texte suivant dans la Constitution: «(…), la Confédération et les cantons veillent à ce que la population dispose d’une offre de soins médicaux suffisante, accessible à tous, complète et de haute qualité fournie par des médecins de famille».

Lire la suite

écrit par Martine Brunschwig Graf, conseillère nationale GE

Première nouvelle : la fin du remboursement des lunettes pour enfants a fait baisser leur prix ! Voilà ce que l’on apprend après trois mois d’application de la nouvelle décision de notre conseiller fédéral Didier Burkhalter de ne plus prendre en compte le remboursement des lunettes dans l’assurance maladie de base.

Lire la suite

écrit par Pierre Weiss, Vice-Président des PLR


Fier comme Artaban, Christian Levrat vient de présenter la plate-forme électorale en dix points du parti socialiste, « le parti de l’intérêt général » d’un petit cinquième de l’électorat.  Et le chef des camarades d’insister sur le modernisme de sa vision de la Suisse. Or une lecture critique, même superficielle, en démontre la ringardise. Sans même évoquer une rhétorique de lutte des classes, aux antipodes de la réalité vécue par les habitants de ce pays. Bref, plutôt que par le modernisme, c’est par le misérabilisme que le PS se profile en 2011.

Lire la suite